Artograf | poils sur les e
Contre l'écriture inclusive et les faux débats prétendument féministes
inclusive, féminin, masculin, accord, écriture, féminisme, féministe, combat, femme, écriture inclusive
16767
post-template-default,single,single-post,postid-16767,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,side_area_uncovered_from_content,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-17.2,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.6,vc_responsive
 

Tout autre ou toute autre ?

Tout autre ou toute autre ?

Il arrive souvent que l’on doive écrire cette expression et que cela engendre quelque hésitation.

Au masculin, rien de plus facile, on écrit dans tous les cas tout autre, bien sûr, et ce, quelle que soit la signification envisagée.

Au féminin, cela se complique…

Il faut alors considérer le sens exact de ces mots. Si l’expression signifie « n’importe quelle autre », on accordera « toute » au féminin (voire au pluriel si besoin).

Toute autre histoire lui aurait plu.  (n’importe quelle autre histoire)

Toute autre personne que Marie aurait eu peur.  (n’importe quelle autre personne)

On remarquera que, dans ce cas, on aurait pu tout aussi bien écrire :

Toute personne autre que Marie aurait eu peur.

 

Si toutefois l’expression signifie « totalement différente », il n’y a pas lieu de faire l’accord au féminin.

Marie est devenue une tout autre personne.  (elle a totalement changé)
C’est une tout autre histoire.   (c’est une histoire totalement différente)

Pas de commentaire

Laissez votre commentaire